Les pages d'anesthésie de Jacques

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Le garrot en orthopédie.

Envoyer Imprimer PDF

- il permet d'exsanguiné le champs-opératoire pour faciliter la chirurgie.
- il doit être bien positionné pour éviter toute compression nerveuse.
- toujours signaler le temps de pose du garrot et appeler le MAR si le temps est dépassé.
- brassard de taille adapté au patient, plus il est large mieux c'est.
- pression membres supérieurs = systolique plus 100 mmHg, durée 90 mn.
- pression membres inférieurs = systolique plus 150 mmHg, durée 120 mn.

Contre-indication :
- artériopathie.
- pontage vasculaire.
- thrombose veineuse.
- FAV.
- neuropathie périphérique.
- HIC chez le polytraumatisé.
- drépanocytose.
- insuffisance respiratoire, cardiaque.
- sepsis de la zone à opérer.

Effet HDM du garrot :
- au gonflage : => aug de la volémie (attention si HIC et insuffisance cardiaque).

- au dégonflage : => baisse de la PVC, baisse de la PA, tachycardie.
                           =>  aug la PA pulmonaire, aug résistance vasculaire pulmonaire.
                       &nbs31-jan-08artère cérébrale moyenne qui est
                                 proportionnelle au C02 expiré.
                           => aug la kaliémie, baisse du pH et aug du C02 expiré.

NB : aucun intérêt de faire des curares après le gonflage du garrot.

Douleur lié au garrot :
- deux type de douleur - présence du garrot.
                                     - à la lever du garrot.

- lié à la pression : (fibre C de la douleur).
- douleur mal localisé.
- en absence d'anesthésie cette douleur est intolérable en 10 à 15 mn.
- sous ALR, si adjonction de Clonidine (baisse de la douleur et de la PA).
- si le temps de garrot est long la douleur entraîne une aug de la PA cédant uniquement au Loxen.

- au dégonflage :
- douleur de revascularisation musculaire.
- les douleurs peuvent durée plusieurs semaines.

Autres effets secondaire :
- lié à la durée et à la pression de gonflage.
- risque d'embolie au lâcher (relargage ciment, air et embole graisseux).
- risque de thrombose veineuse post-opératoire.
- risque d'ischémie aiguë si pression de gonflage très élevée.

Complications :
- faiblesse musculaire.
- œdème post-opératoire.
- altération des EMG.

Effets pharmacologiques :
- remise en circulation des agents anesthésiques au dégonflage.
- relargage de produits du métabolisme anaérobie (lactate, potassium), baisse du pH, aug du K, de la consommation en 02 et aug de la PetC02.

Mise à jour le Dimanche, 28 Juin 2009 11:48  
Google
 

Textes relatifs à la profession

Espace Webmaster

Facebook Twitter More...

Nous avons 13 invités en ligne